mardi 21 août 2012

Aller au bout de mon rêve…

Récit de TransVallée…
Je vous l’ai dit et redit…  je radote…  je me répète…  LE TransVallée c’était l’aventure de ma vie…  vous le savez je me prépare depuis des mois pour cet événement…  ce challenge…  ce défi….  cette aventure…  c’est ma plus grosse/difficile/intense épreuve sportive à vie…  et je l’ai réussi!!!!
Arrivée du 38k...  :-D
Je vais tenter de vous faire un compte rendu de comment je l’ai vécu…  moi…  vous lirez probablement d’autres comptes rendus/commentaires d’amis TrailRunners qui y étaient…  nous l’avons tous vécu différemment…  c’est ce que j’en retiens de nos échanges d’après courses…  et même moi, chacune des 3 épreuves étaient différentes…  bien différentes…
Comme dans la majorité des courses de TrailRunning…  les distances sont toujours plus longues sur le terrain, que dans les infos d’inscription…  nous en avons été informés qq jours avant que les parcours du vendredi et du samedi seraient plus long…  je sais que 3km de plus ou de moins ça peut sembler minime pour les amis de route…  mais en Trail ça peut parfois représenter quand même pas mal de temps selon le dénivelé et/ou le niveau technique…
Il y avait autour de 300 TrailRunners inscrit ce w/e au XC de la Vallée…  il y avait une possibilité de 4 épreuves (11.5k nuit le vendredi, 38k samedi, 21k ou 10k dimanche)…  mais nous n’étions même pas 40 à faire le trio d’épreuves qu’est le TransVallée (11.5k nuit le vendredi, 38k samedi et 21k dimanche  et sur ce nombre moins de 10 filles…  qq jours avant, en voyant le nombre minime de participants au TransVallée j’ai vraiment compris l’ampleur de ce que j’allais faire/accomplir/réaliser…  car si, si peu de coureurs s’inscrivent à ce défi, c’est que ça doit vraiment être intense…  trop?... non…  juste intense au cube…
Je viens de compléter 70km de TrailRunning…  pour un total de près de 12 heures 30, en moins de 36h…  repos inclus…

Retour dans le temps…  la semaine…  les jours précédents…  les heures…
J’ai réalisé (réellement) en début de semaine dernière...  que c’était comme là…  là…  après genre près de 7 mois d’attente et de préparation…  de up & down…  de bons et mauvais training…  Comme avant chaque gros événement, je me suis dit : « Mais pourquoi tu fais ça? »…  au moment où j'ai fait mon inscription je voulais relever un défi...  le défi de ma vie...  je voulais qqchose de gros…  de big…  qqchose que peu de personnes vont réaliser…  je voulais me dépasser…  me surpasser...  me prouver que je peux réaliser de grandes choses, seule...  par moi-même....  et surtout pour moi-même…  j’ai décidé de vivre l’aventure à fond…  de vivre mes émotions…  de profiter de chaque instant…  Quand tout est clair dans ma tête ça va bien...  et là je crois que c'est pas mal clair!  Je sais pourquoi j’y vais…  mon plan de match est fait…  je n’ai qu’un seul objectif…  compléter les 3 épreuves avec le sourire…
Qq jours avant…  je suis full top shape...  c’est comme ça que je me sens…  je veux manger les murs tellement j’ai le goût de courir…  je me retiens d’y aller…  je veux/je dois garder ça pour le w/e…
Le stress a embarqué mardi…  recevoir un courriel de l’organisation…  avec le cahier du participant…  incluant tous les détails…  description des parcours…  heures de départ…  conseils…  ça te rappelle assez vite que c’est comme là…  genre prêt pas prêt j’y vais…
Oui la préparation physique….  lire le training…  est complété…  on ne peut plus rien y changer…  il ne reste qu’à prendre ça relaxe…  faire le plein d’énergie…  bien s’alimenter…  avoir de bonnes nuits de sommeil…
Mais il reste toute la préparation du stock  ma 1ère étape…  me faire une liste de ce que je crois avoir besoin…  il faut planifier le stock de course  ti-kit…  runnings…  hydratation et alimentation…  car je devrai être autonome tout au long de la course…   oui, il y aura des ravitos sur les parcours…  mais toujours mieux de se dire qu’on est autonome…  ça enlève un grand stress…
Il faut planifier le stock dont j’aurai besoin pour le camping  je suis chanceuse, l’organisation me fournit le plus gros du stock…  je suis en formule tout inclus, comme on pourrait dire…  mais comme je suis une prévoyante/angoissée/qui-a-peur-de-manquer-de-quelque-chose…  et bien j’apporte qq trucs supplémentaires…  Il faut également prévoir des soirées et nuits fraîches… 
Au moins, côté bouffe pas trop de planification à faire…  mes petit-déjeuner et le souper du samedi soir sont déjà planifiés et préparés par l’organisation…  Keep it simple…
Jour moins 1…  reste 1 dodo…  en espérant que je réussirai à dormir…  je suis @stress x1000…  ça va faire mal…  je le sais…  ça va être capoté…  je vais avoir du plaisir et me dépasser…  je me rappel mon objectif…  et je respire…  « Respire Marlène Respire ;) »… 
Jour « J »… le vendredi treize-heure-dix-sept on quitte la Rive-Sud…  je co-voiture avec Vincent…  je le dis souvent, j’aime bien être passagère…  ça m’enlève un stress et en plus, tellement plus intéressant de voyager avec un ami qui s’en va vivre la même expérience…  voyager avec un autre passionné…  le chemin passe rapidement, malgré que ce soit près de 3h30 de route…  pas-besoin-de-radio, on jase tout le long…  le XC de la Vallée c’est à St-Raymond-de-Portneuf que ça ce passe…  plus précisément à Vallée-Bras-du-Nord!!  Un endroit magnifique :-)

10K de nuit…  qui était un 11.5K… 
1ère étape du TransVallée…  question de casser la glace…  se mettre dans le « mood »…
C'est un départ...
J’avais une stratégie sur la ligne de départ…  oui, oui, une stratégie…  une vraie de vraie…  une stratégie de courir relaxe…  dans le plaisir…  pour le plaisir…  et surtout d’avoir du plaisir…  « Girl Just Want to Have Fun »…  je voulais être la fille la plus lumineuse dans la Trail…  pas question pour moi que ma lampe frontale m’abandonne…  alors j’en avais deux…  une sur la tête et la seconde à la taille…  et cela sans compter mes colliers lumineux « Glow in the dark »…  que j’ai enlevé après qq minutes car c’était « cute », mais « gossant »…  je voulais vraiment me mettre dans l’ambiance…  et faire peur à ma peur de courir dans la nuit…  dans le noir…  bien entendu j’ai suscité qq fous rires…  je courais pour le plaisir uniquement…  je ne voulais pas me brûler, ni me péter les jambes…  je savais que j’en aurais besoin pour les courses du samedi et du dimanche…  ce qui était le réel défi…

Le finish!!!

Le parcours était un beau mix-up…  chemin de terre, champs, chemin de quad et de trekking…  une boucle de 3.2k à faire 3x…  la première boucle en était plus une de reconnaissance du parcours…  j’étais plus craintive…  et à la 3e boucle, j’aurais bien honnêtement poursuivie mon chemin, et fait plusieurs km encore…  mais je savais ce que me réservait mon samedi…   nous avions un feu de camp à l’arrivée…  arrivée que j’ai franchi avec un chrono de 1h20!!  Une ambiance je dirais presque survolté…  une course de nuit, c’est à refaire…  j’inscris ça sur ma « To do list » :-)


Happy Girl :-)

Mais pas évident pour moi de courir à 20h30…  ce n’est pas trop dans mes habitudes de courir si tard…  moi qui suis une couche tôt…  terminer de courir à presque 22h…  l’adrénaline au max…  se laver comme on peut…  car il n’y a comme pas de douche…  se coucher et essayer de m’endormir rapidement…  tel était une partie du défi…  car le lendemain matin LA course interminable avait lieu…

L’interminable samedi… 
35K qui est devenu un 38K… 
La 2e étape du TransVallée…  ce parcours est surnommé l’interminable par ceux qui l’ont déjà fait…  il est particulièrement éprouvant…  jamais je ne l’ai sous-estimé…  ni dans ma préparation…  ni au moment de le courir…  nous avions un « cut off » à 26K, que nous devions franchir en moins de 5h sous risque d’être exclu de la course et alors rapatrié à la ligne d’arrivée avec un DNF (Did Not Finish)…  ce qui n’était pas dans mon plan…  mais il y a toujours ce risque qui plane au-dessus de notre tête…  et dans ma tête il a plané…  surtout que j’ai fait un vol plané dans la Trail autour du 19e km…  tout juste après le 2e ravito…  je me suis prise un pied dans une racine…  eeeeee…  non, non, une racine m’a fait prisonnière…  et j’ai planté…  solide…  résultat…  je ne bougeais plus….  mon bras droit immobile, collé sur moi…  une douleur de l’épaule au poignet…  je suis contente de ne pas être seule au moment où ça se produit…  le temps de reprendre mes esprits…  je prends un mélange Tylenol/Advil, que j’ai (heureusement) avec moi dans mon CamelBack…  je reprends le parcours à la marche…  pas le choix, de toute façon je dois sortir du bois…  les secours ne peuvent pas venir me chercher si loin…  après qq minutes plus relaxe, je repars à la course, tranquillement, prudemment…  ce n’est pas le temps de retomber… 
Départ du 3e ravito
On arrive finalement à un chemin forestier, moins technique, beaucoup plus rapide…  je reprends ainsi de l’énergie et de la vitesse et j’arrive au 3e ravito en courant et surtout, avant le « cut off » de 5h de course…  on est genre à 4h55 du départ…  je suis tellement contente…  je prends le temps de changer mes bas, manger des Pretzels, remplir ma bouteille d’eau, jaser un peu avec les bénévoles, et je repars….  en route vers le « finish » avec le sourire…  il n’y a plus de doute, je franchirai la ligne d’arrivée au pas de course…  il nous reste moins de 10km à faire…  ce qui me prendra tout de même 2h20…  pour un total de 7h20 de course/marche/rando… l’interminable que je disais… 
Arrivée du 38K...  avec le sourire :-D


LE mythique 21K du dimanche… 
Début du parcours...
tout simplement splendide!!
La 3e course du w/e…  la dernière…  l’épreuve finale…  et non la moindre…  du TransVallée…  mythique ou légendaire…  pas facile de faire une 3e course back-à-back…  avec plus ou moins de repos/dodo/récup…  WoW, mais quel parcours…  des points de vue à couper le souffle sur les crêtes…    technique, mais plus roulant que le parcours du samedi…  racines, roches, boue et ruisseaux au menu de ce brunch dominical… 
Au moment de nous rendre au départ, en autobus jaune…  les TransValléiens ressemblaient à des animaux en route vers l’abattoir…  nous étions tous fatigués, moi la 1ère  cela n’a pas duré…  l’énergie est rapidement revenue, l’adrénaline et le désir de réussir ont pris le dessus sur la fatigue…

LA passerelle...
Je dois avouer que l’épreuve la plus difficile du jour fût, pour moi…  et moi seule…  la traversée d’une mini passerelle…  Ost** de Cr*** de Ta***, chu juste pas capable…  je rampe et me tiens…  je retarde les gens derrière…  on m’encourage…  on me dit que c’est sécuritaire…  de ne pas avoir peur…  ya comme rien à faire…  j’ai la chienne…  je déteste traverser ce genre de passerelle qui semble ne tenir qu’à un fil au-dessus de la rivière…  mais je fini par arriver de l’autre côté, là où l’on prend le départ…

LA chute
Wow, c’est trop beau comme début de parcours…  on suit un ruisseau et ensuite on grimpe à côté d’une chute, c’est tout simplement magnifique…  ça me redonne de l’énergie, le parcours plus facile au départ…  ça me redonne aussi confiance en moi, confiance en mes jambes…  l’énergie est là…  je vais y arriver…  je vais franchir la distance avec le sourire…
C’est en 3h46 minutes que je franchi les 21k de ce superbe parcours…  le plus beau du w/e selon moi…

Marly en camping…


Marly déménage :)
Oufffffff….  mais quel défi…   lol…  plus de peur que de mal…  comme le dit l’expression…  je dois avouer que j’étais craintive…  un brin…  surtout à cause de mon inexpérience…  et en plus, me retrouver toute seule dans une tente…  à entendre les bruits dans la nuit…  des bruits inconnus…  ce que j’aime particulièrement du camping…  car oui, j’en ai déjà fait dans ma vie…  un peu…  pas beaucoup…  c’est le réveil graduel…  avec les bruit du jour qui débute tranquillement…  le soleil qui fait place à la lune…
J’occupais le terrain #18…  comme dans 2x « 9 »…  mon chiffre chanceux…  ça pouvait juste bien aller…






LES toilettes...

Ce n’était pas du camping full de luxe…  il n’y avait pas d’électricité…  pas de vraies toilettes… pas de douches…  il y avait une pompe à eau…  une rivière…  c’était pas loin d’être rustique…  mais o combien plaisant…  j’ai adoré mon expérience!!..  et si c’est à refaire, je referai assurément…  surtout que tous les coureurs du TransVallée, d’autres coureurs et des bénévoles étaient également sur le site, ce qui était magique…  prendre les repas tous ensemble…  passer une partie de la soirée au bord du feu à jaser…  Priceless :-)
Le samedi soir il y avait un « happening »…  un gros BBQ festif au camping…  genre de camp de base/point central de tout CE w/e…  nous nous y sommes retrouvé pour parler de notre journée…  partager notre expérience du jour…  parler du lendemain…  mais surtout manger…  manger de la vraie nourriture, après une journée à me gaver de gels/jujubes/barres-énergétiques/etc…

In love…
Une des raisons pour lesquelles je suis tombé en amour avec le TrailRunning c’est la fraternité des coureurs  l’amitié qui se développe…  le respect de tous…  l’entraide….  ya un petit qqchose que je ne retrouve pas dans les courses sur route, qui sont plus compétitives…  et même les trainings de route sont différents…  sur route on parle toujours (ou presque) de pace/vitesse…   en Trail on prend le temps de s’arrêter, s’attendre, regarder les paysages époustouflants…  vivre le moment présent…

Marly fait l’objet d’un tournage…




Avec Michel Caron :-)

D’ici qq jours vous aurez la chance et le plaisir de visionner des images exclusives de cette aventure…  car j’ai eu la chance et le bonheur de partager mon expérience avec Michel Caron…  il voulait montrer que le TrailRunning ce n’est pas facile, mais que ça ce fait par du monde…  dès que j’aurai le lien YouTube je vous le fais savoir…  n’ayez crainte…
Comment je me suis retrouvée à faire l’objet d’un tel tournage…  probablement à cause ou grâce à mon petit côté extravertie…  et l’idée de partager ma passion m’intéressait grandement…  En mars dernier je recevais un courriel de Michel…  me disant en gros qu’il aimerait me suivre, caméra à la main, tout au long du TransVallée…  faire un vidéo…  pourquoi moi…  car semble-t-il que je sois hyperactive et verbomoteur…  ben voyons…
Qq jours avant le grand jour il m’écrit en me demandant si l’expérience m’intéresse toujours…  vous devinez ma réponse ;)

Ma préparation…
Plusieurs me demande comment je me suis préparé pour réaliser un tel défi…  ceux qui ont suivi mes chroniques le savent un peu…  mes amis sont pas mal au courant aussi…  bref…  je me suis entraînée encore et encore…  beaucoup de km hebdomadaire…  faire des training back-à-back, c’est-à-dire, par exemple, courir un 20k un soir et le lendemain retourner en faire un autre…  ou aller faire 180km de vélo et le lendemain faire un training en montagne…  apprendre à mes jambes à courir fatiguées…  gérer mon énergie…  alterner route et montagne… je suis arrivée au XC de la Vallée avec 1700km de course dans les jambes depuis le début janvier et près de 2500km de vélo depuis fin mai…  j’ajoute à cela des heures passé au gym…  certains me trouvent drôle avec mon ti côté fille-de-gym-qui-fait-de-la-muscu, mais je suis convaincue que ça m’a aidé..  faire des exercices de stabilisateurs, des abs, de la muscu générale…  bref, il n’y a pas de secret, ce n’est pas magique…  pour réaliser un tel défi il faut faire un training :-)
Faire de longues sorties m’a beaucoup aidé…  principalement dans la gestion de mon énergie…  j’ai beaucoup d’énergie…  oui...  mais il fallait la gérer...  ne pas tout donner au début et ne plus en avoir à la fin…  aussi savoir comment m’alimenter et m’hydrater, avoir fait des essais et erreurs avant le grand jour…  ce n’est pas le temps d’essayer qqchose de nouveau…

Merci…
Merci de vos encouragements…  tout au long de ma préparation...
Merci pour tous vos beaux commentaires suite à cette réussite…  ça me fait vraiment chaud au cœur…  et si le fait de vous partager ma passion peut en inciter à réaliser leur rêve j’en serai très heureuse…  car c’est un peu ça l’objectif derrière mon blogue…  partager ma passion!!!
  
Marly :-)
Je ne suis pas HOT…  je suis juste un peu plus folle que la moyenne…


3 commentaires:

  1. Une vraie championne, inspirante et modèle pour tous

    RépondreSupprimer
  2. Super inspirant! J'espère réaliser cet objectif un jour. Il y a de quoi être fière!

    RépondreSupprimer
  3. Tu es une véritable brute! Wow! quel week-end de course. Je viens d'ajouter ça à ma bucket list.

    RépondreSupprimer