jeudi 23 février 2017

R&D

Pour ceux qui ne connaissent pas l’acronyme R&D il s’agit de Recherche et Développement. Et là vous vous demandez où je m’en vais avec mes skis dans le salon. Ou bien avec mes runnings dans le bain.

Et bien je vais faire de la recherche et développement afin de développer la prémisse émise dans ma chronique précédente. Selon laquelle je vais probablement rester célibataire jusqu’à la fin de mes jours parce que je cours un peu beaucoup passionnément. Je devrais plutôt dire parce que la course occupe une grande place dans ma vie. Puisque je cours, j’écris sur la course, donne des conférences sur le sujet, j'en rêve la nuit, etc.

Afin de bien documenter, alimenter mon blogue, je crois qu’il est important d’avoir des données scientifiques justes et valables. Et pour cela je me dois de faire de la recherche. Question de valider mes allégations. Comme tout bon chercheur le ferait.

Alors ni une ni deux. Première action, pour de faire ma R&D. M’inscrire sur Tinder. OMG… «what de f***». À partir d’une photo (parfois quelques-unes) tu «like» ou élimine un gars, et s’il te «like» aussi et bien il y a match parfait et tu es en mesure de communiquer avec lui via l’application dans un genre de «chat» (lire tchatte). C’est un résumé résumé de ce que je comprends de la bête.


C'est ce qu'on pourrait appeler choisir au premier regard.

Et voilà en moins de deux je «like» seulement ceux qui ont une ou des photos de course et/ou vélo. Nenon je ne suis pas sélective, mais bien honnête. Je vais faire quoi avec un gars qui n’a que des photos sur le party un verre à la main. Souvenez-vous ma chronique précédente, je ne bois pas.

Bref, ma prémisse disant que je cours trop et passerai le reste de mes jours seule, est à date véridique. Une fille qui court. Beaucoup. Ça fait peur. Une extravertie ultra sociable, aussi.

Ne vous inquiétez pas. Aucun homme ne sera blessé ou torturé au cours de cette recherche. Je suis toujours honnête et transparente. Je dis qui je suis pour de vraie. Je vais seulement omettre de mentionner le projet R&D. Non ce n’est pas un oubli. Je sais ce n’est pas gentil. Mais je ne nommerai jamais personne par son vrai nom ici. Et bien honnêtement. Je garde l’œil ouvert. Car. On ne sait jamais dans la vie!


Bref, me voilà officiellement sur le marché des agents libres. 

J’espère que vous comprenez que ce n’est pas un appel au secours, et que je sais bien que ce site n’est pas réputé pour te permettre de rencontrer LE gars. Mais je veux démontrer mes propos de ma chronique précédente par de la R&D.

À suivre…


Marly ;-)


P.S. Ceci est un texte humoristique et romancé. Et non pas mélodramatique. Pas à 100% véridique. Je profite de la situation pour la dédramatiser. Le célibat ce n’est pas la fin du monde. Et je travaille un nouveau style d’écriture. Je ne suis ni triste, ni déprimée. «La mère des gars n’est pas morte», oufff toute une expression. «Un de perdu, dix de retrouvés» ;-)



2 commentaires:

  1. Un de mes amis a rencontré une fille via Tinder. Maintenant ils ont une maison ensemble et bébé1 naîtra en avril :) Un match parfait!
    J'ai rencontré mon chum en ligne, sur une autre plateforme. 2 ans de bonheur intense, et ça continue :)
    Comme quoi, ça se peut! Il faut bien savoir ce qu'on veut et ne pas hésiter à flusher les indésirables.

    RépondreSupprimer
  2. Suite a ton plus récent texte on peut dire : Marly la célibataire la plus coureuse en ville :-)

    RépondreSupprimer