dimanche 7 août 2016

En route vers... le Marathon de Québec?!?!



Ce matin au réveil, ça me saute à la figure. Quoi? Mais Québec!

Il me reste trois semaines. Trois petites minuscules semaines avant le Marathon SSQ Lévis-Québec. Celui qui devrait être mon 8e marathon. Le sera-t-il? Là est la question depuis quelques semaines. En fait, depuis que je n’ai pas pris le départ de mon dernier ultramarathon le 16 juillet dernier. Depuis que mon pied gauche n’a pas collaboré pendant près de quatre semaines. Rien de moins. Mais. Car il y a toujours un «mais». Me revoilà dans la course. Ou je devrais dire à la course. C’est-à-dire que j’ai repris la course il y a quelques jours. Et. Et bien, je garde toujours l’espoir de prendre le départ de ce marathon. Mon marathon. À moi de moi pour moi et avec moi. Un chrono? Non. Bien entendu que je n’en vise plus du tout. Faux. On vise toujours un chrono. Mais disons que j’ai un objectif des plus réalistes. Et que le chrono me servira surtout de guide afin de savoir à quelle vitesse je dois partir et celle à laquelle je ne dois pas me rendre. Car trop vite me nuirait encore plus.

Mais là n’est pas encore la question. La question est : Vais-je prendre le départ du marathon ou changer ma distance. Je dois me décider. Il y a un délai à respecter pour le changement de distance. ET il approche à grand pas, et moi je progresse à petits pas. Disons.

Bref, je dois prendre une décision au plus tard le 18 août. Aujourd'hui, nous sommes le 7. Alors il me reste tout juste 11 jours. Mais comme je n’aime pas être à la dernière minute, je me suis donné jusqu’à dimanche prochain pour rendre mon verdict final. Dans lequel je serai juge et jury.

Mon plan de match d’ici à dimanche prochain. Faire quelques tests sur la distance. Non. Pas de vitesse au menu. Je ne dois pas tout mettre mes œufs dans le même panier comme on dit. Je dois mettre toutes les chances de mon côté.

Comme je n’ai jamais cessé mon entraînement, mais que je l’ai fait de façon différente, Je sais que mon côté endurance est là. Ça pas d’inquiétude. Mon grand questionnement, pourrais-je franchir 42km sans douleur. On s’entend sur le sans douleur, car un marathon en soit, ça reste toujours douloureux à quelque part. Mais je parle bien, sans douleur au bobo de mon pied

Un kilomètre à la fois!


J’ai déjà progressé dans mes distances. J’en suis à 15km sans problème. Demain je vise faire le test sur la distance demi. Car bien honnêtement hier lors de mon 15k j’en aurais pris encore. C’est bon signe. Mais comme lors de toutes mes sorties de course, je me donne toujours le droit de cesser avant, quand ça ne va pas. Je pars avec ma passe de bus, mon cellulaire et des $$ en poche.

Si ça ne va pas, j’arrête, je m’achète un cornet de crème glacée (pour noyer ma peine) et je prends le bus. Simple comme ça.

ET si ça va bien. Alors je fêterai ça en prenant le reste de ma journée relaxe et offrirai un repos à mon pied pour le remercier. En lui mentionnant qu’il ne fera que de petites sorties au cours de la semaine. Mais pas à tous les jours. Je lui promets. Mais. Qu’il se prépare. Car samedi je vise faire une plus longue sortie. Celle avec qui viendra ma décision de prendre le départ du marathon. Ou non.

Sage. Non. Peut-être pas. Mais ça c’est moi. J’ai été sage depuis le début de cette saga. Mais là. Je n’en peux plus. Je serai sage si j’en sens le besoin. Moi. Pour moi. Pas pour respecter les conventions. Pas pour écouter les 6500 conseils de tous. Si j’ai été capable de respecter mon corps pour mon dernier ultra en ne prenant pas le départ. Je serai tout autant capable de le faire pour ce marathon. Si, bien sûr, le marathon demeure une option.

Ensuite viendra ma décision pour UTBdM, à savoir si je conserve mon dossard sur le 50km ou si je prends une distance plus courte. Pas le choix, je dois également envisager cette option. Au moins, cette fois-ci je serai préparée mentalement, et il ne s’agira pas d’une surprise de dernière minute.

Le positif. C’est que je suis confiante de prendre mes deux prochains départs. Ne reste qu’à confirmer les distances!

Histoire à suivre…


Marly ;-)
La course pour moi c’est la VIE… c’est MA vie… :-)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire