lundi 28 avril 2014

Saison 2014… c’est un départ…

Quand l’inspiration passe…  je la prends…

Alors à la veille de ma première course officielle de la saison 2014...  me voilà devant mon écran…  je laisse mes doigts voler sur mon clavier…  la suite viendra après la course…


Alors me voici donc la veille
C’est drôle…  je ne sais pas si je suis prête pour mon 30k de demain  mais comment ne pourrais-je pas être prête, alors que j’ai déjà fait cette distance et même plus en training dans les dernières semaines…  et que ce 30k de demain est un pas de plus en route vers le Marathon d’Ottawa…

Comment ne pas être prête…  alors que j’ai fait tout ce que j’ai à faire…  mes «Long Run», mes «Tempo Run», mes «Easy Run»…  et mes fucking «Intervals Run»…  et même mes «Rest Day»…  jamais dans mes 4 marathons précédents je n’ai autant suivi un plan  et pourtant à 4 semaines du marathon j’ai encore un doute sur ma préparation…
Finalement…  après réflexion…  je me rends compte que je suis prête…  pour la distance…  ça il n’y a pas de doute…  mais à savoir si je peux tenir la pace marathon (5:39min/km) le seul moyen de le savoir est de prendre le départ et de tenter de le tenir, de respecter le pace…  car de partir plus vite que ça serait probablement une erreur…  peut-être est-elle là mon inquiétude...  car je le sais dès que j’ai un dossard et que c’est une «Vraie» course, je me laisse emporter sur le départ…  emporter par l’adrénaline, emporter par les autres coureurs…  emporter par la soif de voir jusqu’où je peux aller…

Cependant…  je dois garder en tête que cette course de 30k je la fais dans le cadre de ma préparation pour le full  et non pas comme une course importante…  elle n’est pas un objectif en soi…  car si c’était le cas je voudrais tester mon pace sur cette distance…  qui selon le McMillan Running Calculator serait de 5:31min/km pour un chrono final de 2h45:55…  alors que si je prends mon pace marathon le chrono sera de 2h50…
Et là tout en écrivant et en analysant le tout je me dis…  et si je tentais ma chance pour un 2h45…  suivre le lapin de ce chrono pourrait m’aider…

Mais…
Mais si je me plante…  je risque l’épuisement…  me fatiguer trop alors que je suis en training…  en même temps que je risque également de réussir mon pari…  je risque de ne pas le réussir…  mais est-ce si grave…???...  pas vraiment, car «Who cares about it»…  personne à part moi…  mais je sais que si je ne réussis pas à tenir la pace marathon sur 30k, ça voudra dire quasi impossible de le tenir au jour du marathon…  car seulement 4 semaines me séparent du grand jour…

Bon Marly arrête de penser…  Just Run…   Have Fun…  and Smile… :-)
 

Me revoici après ledit 30k des Érables…
OMG…  cadran à 4h45am  il faut aimer ça la course…  dehors il fait noir, il fait froid et il pleut…

On arrive sur le site une heure avant...  question de ne  pas stresser…  et d’avoir le temps de faire la file pour les toilettes…  voir les mais qui sont là pour la même raison ce matin…  soit courir et se dépasser…
Le départ du 30k du Demi-Marathon des Érables est donné à 7h45  «Right on time» ce qui est grandement apprécié…  car ce n’est pas chaud…  beau parcours…  avec qq faux plats, surtout vers la fin…

Qu’est-ce que j’ai décidée finalement…  le matin même, sur la ligne de départ…  car avant même le départ je ne savais pas trop…  j’étais toujours ambivalente
Sur la ligne de départ je me suis dit je tente le tout pour le tout  je me place tout près du lapin de 2h45…  mais au fond de moi, je sais que ne suis pas capable de tenir le pace de 5:31min/km sur 30k…  mais comme il m’arrive parfois d’avoir des doutes sur mes capacités, je me suis dit que le meilleur moyen de le savoir était d’essayer…  mais bien honnêtement je crois que j’ai eu peur de me brûler à 4 semaines d’Ottawa et que j’étais sur les «brakes»…  je crois que je n’ai pas vraiment essayée de tenir ce pace…





Avant le départ...  avec Dave Thorne le lapin de 2h45...

Quand j’ai vue…  et ça assez rapidement pour ne pas me brûler…  que je ne pouvais pas tenir le pace marathon de 5:39min/km…  non-plus…  j’ai décidée de courir au feeling  car il ne faut pas oublier que je cours pour le plaisir de courir…  je crois que j’avais vraiment peur de pousser la machine…  peur de casser…  peur de me brûler…  et peut-être peur d’avoir peur…
Ce qui est très positif de cette course et qui me rend très satisfaite, c’est ma gestion de la course  je n’ai pas manqué d’énergie...  tsé me retrouver avec l’aiguille d’essence à «E»…  ce qui n’a pas été le cas de toutes mes «Long Run» des dernières semaines…  et de plus je n’ai pas marché un seul instant, ce que j’ai également fait dans mes «Long Run» de 30-32k…

De plus…  cette course au feeling m’a donnée un bon pace tout de même  5 :45min/km…  alors qu’en training je faisais du 6:00-6:05min/km…  et je l’ai pas mal fait toute seule comme une grande  au départ je côtoyais des gens que je connais…  mais plus on avançait, plus j’étais seule avec moi-même…  ce qui n’est pas mauvais en soit…  ça m’a permis de me poser qq questions…  de me remettre en question…  lol…  genre autour du 20e km je me demandais pquoi je n’étais pas inscrite au demi…  m’semble que ce serait suffisant comme distance… 
Un gros «Thumbs Up» à l’organisation et aux bénévoles  et dans les dents Dame Nature  tu as essayé de nous faire «chocker»…  pluie et froid étaient au rendez-vous…  mais les coureurs sont les plus forts…

Beau parcours  j’aime beaucoup quand il y a des «turn around» qui nous permet de croiser les coureurs devant et derrière nous…  de nous encourager mutuellement…  ça redonne de l’énergie…  ça nous permet également de voir l’Élite qui court à toute vitesse…  le parcours et les départs étaient de façon telle qu’à partir de notre 20e km nous dépassions les derniers qui couraient le demi, car ils étaient partis après nous…  j’en ai profité pour encourager ceux que je dépassais…  qui se dépassaient eux-mêmes…
Bravo à tous les coureurs qui sont sortis du lit…

Là mon grand questionnement d’après course  est-ce que je garde l’objectif de minus 4h pour le Marathon d’Ottawa…???...  ce qui veut dire tenir un pace de 5 :39min/km sur 42,2km…  ma réponse est oui  car j’y crois…  je crois en moi, en ma préparation…  je crois qu’avec mon lapin personnel ça va faire la différence…  je crois qu’avec l’ambiance et les encouragements à Ottawa ça va me donner l’énergie…  et je crois que si je n’essaie pas je me poserai toujours la question par la suite…
Je suis maintenant à 4 semaines du Marathon d’Ottawa  20 semaines de l’UTHC 65k…

Le training continue…
 

Marly the PINK Run’Her :-)
La course pour moi c'est la VIE…  c’est MA vie… :-)
 
#UTHC65inTraining

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire